Archive for the ‘Chronique’ Category

Ann Deveria – San Pedro E.P.

août 25, 2008
San Pedro E.P.

San Pedro E.P.

ref: lofi024
artiste : ANN DEVERIA
album: San Pedro EP
sortie : Août 2008

Le netlabel espagnol Error! Lo-Fi que nous avions présenté sort ce beau disque du duo madrilène Ann Deveria, nommé ainsi en hommage à l’un des personnages du roman Océan mer d’Alessandro Baricco.

Les 5 titres de ce EP nous bercent de leur douce mélancolie. Ángel Mancebo et Jose Tena développent une forme de post rock qui leur est propre, mélange de guitare acoustique, de sons électroniques et de samples.

Le titre éponyme, le seul chanté, dans une veine trip hop, reste la grande réussite de ce disque :

San Pedro

Bob Ostertag

août 7, 2008

Artiste(s): Bob Ostertag
Titre:
netlabel:
réference:
genre: électroacoustique, improvisation

Si la musique de Bob Ostertag n’est pas toujours la plus facile à appréhender, il a décidé d’en faciliter l’accès en mettant en ligne sur son site les enregistrements dont il possède les droits.

Actif depuis la fin des années 70, Ostertag est un artiste important de l’avant-garde new-yorkaise.
Pionnier du sampling, il a collaboré avec de nombreux musiciens reconnus : John Zorn, Fred Frith, Mike Patton, Kronos Quartet…

On notera ainsi Say no more (1993), retenu par Allmusic comme un album majeur. Il s’agit de sessions d’improvisation de Joey Baron, Gerry Hemingway, Phil Minton et Mark Dresser totalement samplées et réarrangées par Ostertag.

La musique de Bob Ostertag ne se limite pas des expérimentations abstraites, on découvrira ainsi avec plaisir les morceaux ironiquement pop de Fear no love, sur lequel intervient notamment Mike Patton.

L’artiste propose aussi sur son site un article dans lequel il expose sa démarche et sa vision assez tranchée de l’industrie musicale : The Professional Suicide of a Recording Musician.

Source :
Vernon, Marvin (05.04.2006) Bob Ostertag – several albums. Free albums galore.


écouter Not your girl sur l’album Fear no love

Say No More Quartet

50ème sortie pour 12 rec.

juillet 24, 2008

So Much Achieved, So Much Left To Do : The Present And Future Of 12rec.net, an Anniversary Compilation. 12 rec.net, 2008 [12rec#50]

Le netlabel 12rec., que nous avions présenté il y a quelques temps, fête sa quatrième année d’activité et sa cinquantième sortie avec une très belle compilation intitulée avec justesse So Much Achieved,
So Much Left To Do.

Sous-titrée « le présent et le futur de 12 rec », elle propose des morceaux d’artistes ayant déjà publié sur le site mais aussi des invités qui rejoindront bientôt le catalogue. Elle reflète l’approche éclectique et abordable du netlabel ainsi que la qualité de ses productions. On trouve à la fois des morceaux electro mélodiques (The Great Mundane ou Daniel Maze), du hip hop (Sichtbeton ou Bernier, Vatagin, Audio88) et des chansons plus pop (Und Morgen, der Asphalt ou Kes). On retrouvera aussi le trio genevois Plaistow.


écouter Aus Aktuellem Anlass de Nicolas Bernier avec Alexandr Vatagin et Audio88

Sortie découverte sur Phlow Magazine où l’on peut par ailleurs lire une interview des éditeurs Sim Sullen et Sven Swift (en anglais)

Free Music Archive sampler, vol. 1

juillet 15, 2008

Free Music Archive sampler, vol. 1, WFMU, 2008

WFMU est une « Freeform radio » (définition en anglais sur le site WFMU) c’est-à-dire qu’elle diffuse principalement des programmes musicaux produits par des DJ, sans ligne éditoriale ou commerciale dictée par la direction. Il s’agit d’une continuation de la tradition des radios étudiantes des campus des années 60 et 70. D’après sa propre page historique (en anglais), cette station serait l’une des plus anciennes de ce type encore en activité.
On peut bien entendu aujourd’hui l’écouter en streaming depuis son site :
http://www.wfmu.org/

L’approche peu commerciale de WFMU semble l’avoir conduit naturellement vers la libre diffusion des contenus musicaux sur Internet. Elle annonce la création d’une Free Music Archive et propose sur le blog « avant première » de ce service une compilation tout à fait prometteuse quant aux futurs contenus.

L’originalité de cette archive semble devoir être le travail de promotion des licences de libre diffusion effectué par la radio et ses partenaires. On trouve ainsi sur ce premier aperçu des artistes étrangers à la scène des netlabels. On notera aussi la grande variété des styles proposés.

La compilation commence sur des notes pop assez expérimentales (Lucky Draggons, Mahjongg, Psychedelic Horseshit), continue avec du rock plus « énervé » (Pierced Arrows et New Bomb Turks), laisse une place à des chansons plus folk (Big Blood & The Bleeding Hearts, Citay), sans oublier le hip-hop (Food for Animals & Faust), l’électro (Dan Deacon) ni même les musiques ethno (M. Nguyen Van Minh-Con ou Sounds of Taraab).


écouter Mahaba Wa Taka Nini de Sounds of Taraab


écouter Planet Say de Food for Animals & Faust

couv. Greg Harrison

Leon Somov & Jazzu – Offline EP

juillet 10, 2008

Leon Somov feat. Jazzu. Offline EP
Sutemos (sutemos018), 2007

Il y a une grande nostalgie dans les chansons de Leon Somov. Un rapport étrange à la modernité qu’illustre autant la musique que les photos qu’il propose en accompagnement à son disque. La voix de la chanteuse Jazzu, qu’on devine riche de possibilités, semble prise au piège dans les sons électroniques du musicien.
Un disque magnifique, moderne et tout en retenue, qui connait aussi une version « remix » (Sutemos021)

Le disque de cet artiste lituanien vivant à Londres est publié par ses compatriotes de l’excellent netlabel et webzine Sutemos.


écouter Butterfly de Leon Somov

Leon Somov
Leon Somov

Photos : Leon Somov

Calidoscopio – Plug

juillet 3, 2008

Calidoscopio - Plug

Calidoscopio. Plug. Nota Negra [NNNet005], 2008
cc by-nc-nd
couv. PDM Vision

Le jeune groupe Calidoscopio, fondé en 2007 à Bueno Aires propose un très bel album de chansons simples et éthérées, rehaussées de sons électroniques.
Le minimalisme affiché des chansons contraste avec l’univers parfois angoissant dans lequel nous emmène le duo. Un univers personnels et dense, qui mérite que l’on s’y attarde, puisqu’il offre malgré tout toujours une lueur d’espoir.

Si l’on constate certaines répétitions dans l’utilisation des effets et sons électroniques, notamment dans le traitement des voix, on apprécie la variété des approches proposées : du folk minimal de Sad, à l’accompagnement « techno-industriel » de Suntrance.
Twilight mon coup de cœur sur ce disque, offre un mélange plein de sérénité d’accompagnement de guitare et de son électroniques, après un début très abstrait.
http://tinyurl.com/4ypz99

Un premier disque d’une grande homogénéité, tout en restant surprenant du début à la fin.

chronique: Sylvain Piron

février 20, 2008

Artiste(s) : Sylvain Piron
Netlabel : Tradfrance
Titres : Fleur de ciel (2005) / La plume et l’anche (2005) / Par cœur (2004) /
Genre: Musique traditionnelle (France)

écouter Bretzel tiré de Par cœur

Sylvain Piron est un pionnier dans son domaine puisque c’est l’un des rares musiciens traditionnels à diffuser ses enregistrements sous licence creative commons. Espérons que d’autres suivront son exemple.

Sylvain Piron joue seul ses chansons poétiques et ses compostions pour accordéon diatonique, souvent mélancoliques, dans une interprétation authentique et populaire.

Tout au long des quatre albums mis à disposition, les formes musicales sont celles de la musique traditionnelle du centre de la France, de Bretagne et de Normandie : valse,  scottish, laridé, jig, mazurka, branle coupé, hanter dro…

Une musique fière de ses racines, sans chauvinisme, ouverte sur son avenir et qui affirme le besoin de résister à l’uniformisation.

chronique: JeRe – cuisine insonorisée

février 7, 2008

Artiste(s): JeRe
Titre: cuisine insonorisée
netlabel: Audioactivity
réference: AA07
genre: IDM breakcore bugcore
télécharger: album complet

Écouter Nuit rouge extrait de l’album :

Le court album de JeRe intitulé « cuisine insonorisée » est certainement un des plus violents sortis sur le netlabel helvétique Audioactivity, mais pas nécessairement le plus ardu. Si JeRe est adepte d’une certaine sauvagerie, il découpe avec précision ses rythmiques sans rien laisser au hasard, les envoie en rafales s’écraser contre des mures de distorsions, les faisant voltiger au-dessus de nappes atmosphériques. Les compostions de JeRe chantent rarement la joie de vivre mais sont empreintes d’une puissance et d’une profondeur indéniable.

Le premier morceau, « idée aime » avec sa mélodie electro qui vous reste scotchée dans un coin de cerveau introduit en douceur la suite dans un style un peu éloigné du JeRe habituel.
Le second se salit un peu plus en restant dans une dynamique assez calme. Le troisième après quelques secondes d’intro annonce la couleur définitive, break drillé à tout va créant une masse presque abstraite de rythmes entrechoqués sur fond de violons épiques. « évasif » porte bien son nom. Avec « manchot ambidextre » et « nuit rouge » on arrive, enfin, dans le sérieux de l’affaire, la saturation prend le dessus, JeRe livre un breakcore très personnel, plus lent que ce qui se fait usuellement dans ce genre, il emmène l’auditeur vers un terrain au règne la folie, dans une atmosphère apocalyptique ou tout se déforme. Grandiose.